Les crus du Beaujolais

Situé sur l'autoroute du soleil à quelques gorgées de la capitale des Gaules, le Beaujolais ne se résume pas seulement grâce à son ambassadeur emblématique qu'est le traditionnel "Beaujolais Nouveau". Il n'existe pas moins de douze appellations, toutes avec des caractéristiques vineuses qui leurs sont propres. Les dix premières sont les véritables fleurons de la production, elles gagnent avec bonheur quelques années de bouteille. Les connaisseurs attendent le printemps qui suit les vendanges avant de déguster leur production. L'on dit que le vin doit avoir fait "ses Pâques". Traduisez par : attendez que le vin soit arrivé a maturité avant de le boire ... Les deux autres appellations sont plus connues sont les patronymes de "Beaujolais et Beaujolais Villages".

 

 

Cru du Beaujolais

Moulin à vent Son nom lui vient d'un antique moulin, tantôt tranquille, tantôt affolé par le vent, planté sur une colline de Romanèche-Thorins. Il doit sa noblesse de caractère à un sous-sol granitique et riche en manganèse. Sa robe rubis foncée promet des aromes d'iris, d'épices et de fruits mûrs. Vin de garde charpenté, il est digne de figurer parmi les plus grands. Après-tout, ne dit-on pas qu'il est le "Seigneur des Beaujolais" ... Production moyenne : 33 800 hl / Production moyenne en bouteilles : 4 500 000 bt / Superficie : 650 ha Servir à 14°. Principalement sur des viandes rouges, du gibier, ainsi que des fromages corsés.

Chiroubles Niché à 400 mètres dans son cirque granitique, c'est le plus haut perché de tous les crus de la région. Une divine communion avec les cieux donne à ce nectar le désir d'étoiler le verre de fines perles irisées. Comme une aube de rosée sur les vignes. Friand, élégant et tendre en bouche, il affiche une robe d'un rouge éclatant et un nez somptueux ou se mêlent des arômes de pivoine, muguet, iris et violette. Fin et fruité, c'est certainement l'un des vins les plus typiques du Beaujolais. Production moyenne : 18 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 2 400 000 bt / Superficie : 360 ha Servir à 12°. Déguster sur charcuterie, volailles, viandes blanches et entrées.

Chénas Serein comme son terroir de granit et aussi élégant qu'une forêt de chênes, ce vin ne saurait être remplacé. Il est dit du Chénas qu'il réveille le palais de saveurs épicées. Louis XIII en avait fait le vin de la Cour ... L'on comprend mieux que ce breuvage rare soit aussi courtisé! C'est un vin charpenté mais tendre en bouche, d'une robe grenat, accompagné de notes florales et boisées. Production moyenne : 12 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 1 600 000 bt / Superficie : 250 ha Servir à 14°. Servir sur chevreau, viandes en sauce, fromages forts.

Morgon Situé sur un terroir particulier composé de schistes friables et de roches décomposées il séduit par sa plénitude en bouche. Il ramène de son pays des arômes de fruits rouges écrasés par la colère d'un orage. Vin riche et charnu il se bonifie avec le temps. Les vignerons disent qu'il "morgonne". En langage beaujolistique cela veut dire que c'est un remède contre la grogne et la mauvaise humeur !. Production moyenne : 56 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 7 500 000 bt / Superficie : 1 100 ha Servir à 13°sur de la viande en sauce, des gibiers et des fromages .

Juliénas Comment parler de se vin sans évoquer son agréable bouquet de printemps, évoquant un gout de pêche, de bouquet d'aromates et de fruits rouges? Généreux comme ses viticulteurs et le vent qui réchauffe ses collines, il réjouit le palais et les yeux de sa robe rubis. Issu d'un sol schisteux et de granit, il se consomme aussi bien jeune qu'avec quelques années C'est un vin préféré par de nombreux journalistes qui ont souvent chanté ses louanges ... Production moyenne : 30 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 4 000 000 bt / Superficie : 580 ha Servir à 14°. A proposer sur chevreau, viandes en sauce, fromages forts.

Saint-Amour Ou le vin des amoureux ... Ce cru avec son nom aussi charmeur parle de son pays avec malice et tendresse. Vif, fin et équilibré ce cépage trouve ses origines exclusivement en Saône-et-Loire. Au travers de votre palais il laisse entrevoir un arôme d'épices et de réséda sous un coeur tendre. Normal qu'il soit le vin prédestiné pour la Saint-Valentin ! Procudtion moyenne : 17 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 2 300 000 bt / Superficie : 320 ha Servir à 13°. Sur volailles et gibiers à plumes.

Régnié En fait c'est le dernier né des crus du Beaujolais de par son classement par décret en 1988. Le vignoble qui entoure les deux clochers de l'église de Régnié-Durette produit un vin souple, délicat et bien construit à la robe cerise et aux reflets violets. Les connaisseurs de ce nectar séducteur aiment à chuchoter que ce vin en dit plus par sa saveur que tous les livres sur la région ... Production moyenne : 19 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 2 500 000 bt / Superficie : 370 ha Servir à 12°. Sur terrines, entrées chaudes et crémeuses, viandes blanche.

Côte de Brouilly Le vignoble s'épanouit sur les coteaux schisteux, pentus et bien exposés du graniteux Mont Brouilly. La chapelle au milieu du domaine veille au grain ce qui donne au vin un caractère racé, qui s'accompagne d'une robe pourpre aux aromes de raisin frais et d'iris. Avant de développer toute son élégance en bouche, il demande à murir un peu. Avec un peu de poésie, vous le verrez briller de mille reflets, sitôt versé ... Production moyenne : 16 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 2 100 000 bt / Superficie : 320 ha Servir à 13°. Sur charcuterie et civet de lapin.

Fleurie Quel joli nom pour ce breuvage qui séduit d'emblée par son velouté et son élégance ! D'une belle robe grenat, on le considère comme le plus féminin des crus du beaujolais. Peut-être à cause de la Madone qui est perchée au sommet de sa colline et embrasse les vignes de son regard protecteur ... Production moyenne : 44 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 5 900 000 bt / Superficie : 860 ha Servir à 13°. Sur gigot à la beaujolaise, volailles et viandes blanches.

Brouilly C'est au pied du Mont Brouilly que s'étendent les 1300 hectares de vignes du nectar le plus célèbre de la région. Sa superficie en fait également le plus grand de tous les crus du Beaujolais. Lorsqu'on le verse, l'impression de voir les vallons et rondeurs du vignoble donne un côté poétique à ce nectar à la robe carminée. Ferme et corsé, c'est le plus méridional de tous les crus. Production moyenne : 67 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 9 000 000 bt / Superficie : 1 300 ha Servir à 12°. Sur petits gibiers à plumes et viandes rouges.

Beaujolais-Villages C'est une appellation donnée à trente-huit communes de la région qui ont le droit d'utiliser cette dénomination. Il représente 25% de la surface du vignoble. Les vins sont sympathiques et accompagnent nombre de petits plats traditionnels. Se sert à 11° principalement sur de la charcuterie et des volailles. Une partie est commercialisée sous les appellations "Beaujolais-Villages nouveaux", "Beaujolais-Villages rosés" et "Beaujolais-Villages blancs". Production moyenne : 270 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 36 000 000 bt / Superficie : 5 200 ha.

Beaujolais C’est l’appellation « Porte-drapeau » du Beaujolais. D’une superficie de 7 600 ha et implantés sur 72 villages, les Beaujolais sont situés sur un sol argilo-calcaire et granitique. Des vins authentiques, symboles d’un art de rire, à partager comme la bonne humeur. Des vins que l’on peut boire toute l’année pour profiter pleinement de leur puissance aromatique et de leur bouquet soutenu à tendance florale et fruitée. Une partie est commercialisée sous les appellations "Beaujolais nouveau ", "Beaujolais rosé" et "Beaujolais blans". Servir frais, à 11°, à table, sur des entrées ou à toute heure pour le plaisir. Production moyenne : 380 000 hl / Production moyenne en bouteilles : 50 300 000 bt / Superficie : 7 600 ha